Doctor Who & Compagny Index du Forum
FAQ
Membres
Profil
Se connecter pour vérifier ses messages privés
Connexion

S’enregistrer
 

Doctor Who, the Movie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who & Compagny Index du Forum -> Les Docteurs -> Huitième Docteur
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Umanimo
Mlle-CheetahMaster

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2014
Messages: 983
Féminin

MessagePosté le: Ven 27 Mar - 20:48 (2015)    Sujet du message: Doctor Who, the Movie Répondre en citant

Doctor Who : The Movie


Episode
Autre titre : The Enemy Within

Durée : 1 partie de 85mn/89mn
Dates : May 1996
Scénariste : Matthew Jacobs
Réalisateur : Geoffrey Sax

Docteur : Paul McGann

Compagnons :
Daphne Ashbrook — Grace Holloway

Personnages secondaires :
Yee Jee Tso – Chang Lee
Eric Roberts – The Master
John Novak – Salinger ; Michael David Simms – Dr. Swift
Eliza Roberts – Miranda ; Dave Hurtubise – Professor Wagg
Dolores Drake – Curtis ; Catherine Lough – Wheeler
William Sasso – Pete ; Joel Wirkkunen – Ted
Jeremy Radick – Gareth ; Bill Croft – Motorcyclist Policeman
Mi-Jung Lee – News Anchor ; Joanna Piros – News Anchor
Dee Jay Jackson – Security Man ; Gordon Tipple – The Old Master

Résumé :
Condamné et exécuté par les Daleks, le Maître fait une dernière requête : que ses cendres soient ramenées sur Gallifrey par le Docteur. Mais dans la tranquillité du TARDIS, il prépare un mauvais coup, détournant la machine vers la Terre. Elle atterrit à Los Angeles, le 30 décembre 1999, juste avant le passage au prochain millénaire.

Bonus :
Interviews
Scènes de tournage
Documentaire 'The Seven Year Hitch' sur le retour de Doctor Who à l'écran
Documentaire 'The Doctor's Strange Love' sur comment les fans ont appris à apprécié cet épisode
EPK 1996
Scènes alternatives
Documentaire 'Who Peter 1989-2009' sur la relation entre Doctor Who et Blue Peter
VFX Tests June 1994
VFX March 1996
Documentaire 'The Wilderness Years' sur comment Doctor Who a survécu entre 1989 et 1996
Stripped for Action — The Eighth Doctor
Tomorrow's Times — The Eighth Doctor
Bandes annonces
Interview de Steven Moffat (coffret 'The Doctors Revisited')
The Night of the Doctor (Blu-Ray seulement)
Script

Date de publication: 1996 par BBC Books

Auteur : Matthew Jacobs
Novélisation

Titre: The Novel of the Film

Auteur : Gary Russell

Date de publication: 1996 par BBC Books

Audiobook

Durée : ?

Date : juin 1997

Auteur : Gary Russell

Narrateur : Paul McGann

_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 27 Mar - 20:48 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Umanimo
Mlle-CheetahMaster

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2014
Messages: 983
Féminin

MessagePosté le: Ven 27 Mar - 21:08 (2015)    Sujet du message: Doctor Who, the Movie Répondre en citant

Vu le film en VF.

Pas Glop :

- l'esprit english de la série qui disparait au "profit" de l'esprit "film d'action américain", heureusement que c'est pas la Fox qui a fait la nouvelle série, quelle horreur!

- le méchant Terminatoresque avec blouson en cuir et lunettes noires. Quand il est au guichet de l'hôpital, je m'attendais presque à lui entendre dire "I'll be back". Mais je pense que la référence est volontaire, même si elle reste nullissime.

- les compagnons, pas assez développés, trop simples/basiques et le fait qu'il n'y ait qu'une heure et demi de film n'est pas une excuse, on peut arriver à donner une profondeur à un personnage en bien moins que ça, j'ai pas d'exemple précis en tête, mais je l'ai déjà vu.

- le scénanard qui tient sur un confetti, à côté des scénarii riches et complexes de la série, ça fait pitié. Sans parler des facilités et des incohérences.

Glop :

- le huitième Docteur, très sympathique, tout à fait dans l'esprit, avec un côté à la fois maladroit, un peu loufoque, d'autant plus qu'il a eu une régénération difficile, il a été à deux doigts de ne pas pouvoir se régénérer à cause de l'anesthésie.

Glop/pas Glop :

- l'intérieur du TARDIS : ok, il est grandiose, avec son décor médiévo-gothico-victorien (qui s'harmonise bien avec le look du 8ème Docteur d'ailleurs), mais franchement je préfère les intérieurs plus simples de la nouvelle saison et même ceux, kitch, de l'ancienne, bien que j'en ais vu assez peu (si qq'un connait un lien avec des images de l'intérieur de tous les TARDIS, merci).

- la régénération : le parallèle avec le film Frankenstein est assez marrant, mais j'aime moins les effets spéciaux de cette régénération que ceux de la nouvelle série (pas vu ceux de l'ancienne encore).

En bref, plus de "bof" que de "ouais", mais il faut l'avoir vu quand on est une Who-addict et ainsi on apprécie d'autant plus la série.


--------------------------------------------

Merci vaiken pour la bonne pinte de rire !

Sérieusement, tu as touché du doigt du premier coup toutes les conneries de ce film (et tu n'es pas au bout crois-moi, si tu n'as pas fini de le voir). Tu me diras, c'est pas très difficile, elles sont tellement grosses qu'elles te pètent à la figure.

Le seul truc sur lequel je ne suis pas d'accord : j'aime bien le parallèle avec le film Frankenstein, moi. C'est un peu lourd, mais j'ai trouvé ça marrant.

Le personnage du Maître, je l'adore jusqu'à la débilité, même ses incarnations les plus craignos (ping pong man pour ceux qui connaissent), mais celle-là, je peux pas. Le Masterminator, ça passe absolument pas.


--------------------------------------------

Oui, c'est vraiment dommage que ce Docteur n'ait eu que ce film pour "faire ses preuves". Il est excellent. Ses audios sont très bons parait-il. Donc si tu as la chance de pouvoir comprendre facilement l'anglais parlé, fonce.

Je ne pense pas qu'Éric Roberts soit un mauvais acteur (ceci dit, je ne me rappelle pas l'avoir vu dans un autre film, donc je ne peux pas vraiment juger). Je pense surtout qu'on lui a demandé de jouer ce personnage comme ça (là aussi, tu n'es pas au bout de tes surprises, attends-toi au pire). Donc, je ne le blâmerais pas à lui, mais au réalisateur et aux scénaristes. Je ne sais plus trop si tu as dis avoir déjà vu des épisodes de l'ancienne série, mais ce personnage a tellement, tellement plus de classe que ça, normalement.


--------------------------------------------

Ma review de ce film date un peu. Pas tellement en temps, mais parce que depuis, j'ai enfin vu toute (ou presque) l'ancienne série et du coup, ça change un peu ma vision. Pas énormément non plus, ça reste un navet, faut pas se leurrer, mais certaines choses deviennent plus claires.

Je vais répondre à quelques remarques des personnes qui ont postées sur ce topic.

Jerob a écrit:
ou encore la clé même si elle ressemble pas du tout à celle utilisée dans la nouvelle série (la quelle est la bonne that is the question).


Cette clef est semblable à un certain nombre de clefs du TARDIS de l'ancienne série. Comme tu peux le voir sur cette image :



Il me semble (il faudrait que je fasse des recherches pour en être sûre) qu'au départ - pour le Premier Docteur - la clef était comme celle de la nouvelle série, une clef ordinaire. Ensuite il y a eu ces clefs d'une forme particulière. Par contre, je sais pas trop d'où vient cette clef avec le sceau de Rassillon qu'on voit au milieu.

Capt.Jack a écrit:
Dans le Tardis Lee à rencontrer le Master qui a pris corps dans l'infirmier. Mouais (Il est rentrer comment sans la clé ?)


À priori, je dirais qu'il a fait comme le Docteur, il a pris la clef qui était au dessus de la porte et l'a ensuite remis en place pour qu'on voit pas qu'il était entré.

DarkDalek a écrit:
Je savais pas qu'il pouvait se transformer en flaque ou en serpent et prendre le corps d'un humain o_O


Transformé en serpent, mouais (il me semble qu'il y a une explication à ça dans des bouquins ou des audios) par contre, prendre possession du corps d'un humain, le Maître l'a déjà fait dans l'ancienne série. Toute son incarnation par Anthony Ainley il la passe dans un corps volé. D'ailleurs, logiquement, celle qu'on voit se faire exécuter au début, ça devrait être la même.


Sinon, qu'aurais-je à rajouter à ma review ? Pas grand chose, sinon, que ce perso du Maître comme souligné par presque tous ceux qui ont posté ici est nullissime au possible. Sans rien de la classe de ses incarnations précédentes, ni de la folie touchante de celle de John Simm. Une erreur.

Comme j'aime le perso à la folie, il a quand même réussi à me toucher deux fois dans le film : au tout début quand on le voit exploser (j'ai les boyaux qui ont fait un twist à ce moment là) et tout à la fin quand il est aspiré et qu'il crie : "Docteur!"


--------------------------------------------

Ahaimebété a écrit:

Sinon, qu'aurais-je à rajouter à ma review ? Pas grand chose, sinon, que ce perso du Maître comme souligné par presque tous ceux qui ont posté ici est nullissime au possible. Sans rien de la classe de ses incarnations précédentes, ni de la folie touchante de celle de John Simm. Une erreur.

Comme j'aime le perso à la folie, il a quand même réussi à me toucher deux fois dans le film : au tout début quand on le voit exploser (j'ai les boyaux qui ont fait un twist à ce moment là) et tout à la fin quand il est aspiré et qu'il crie : "Docteur!"



Dernière remarque à propos du personnage. Ayant dû revoir un peu les sous titres pour We are the Doctor, j'ai eu l'occasion de regarder le film plus en détail. Du coup, j'ai relever deux trois bricoles qui font que, finalement, je trouve encore quelques minettes pour nourrir mon amour pour lui, même à travers cette incarnation nullissime.

D'abord, dans l'ambulance (petite parenthèse : Grace appelle une ambulance pour emmener le Docteur, qu'elle croit fou, en asile psychiatrique, le Maître se pointe avec son ambulance, puisqu'il a pris le corps de Bruce, entre temps le Docteur a réussi plus ou moins à convaincre Grace qu'il doit aller à l'Institut Machin de Technologie récupérer l'horloge au béryllium, il demande donc à l'ambulancier "pouvez-vous m'emmener à l'Institut Truc-chose ", "mais oui, bien sûr" lui répond celui qui est censé être un ambulancier ET PAS UN CHAUFFEUR DE TAXI ! où ça s'est vu qu'une ambulance vous amène où vous voulez, en tout cas pas là où il devrait vous emmener c'est à dire DANS UN HÔPITAL ? et le Docteur trouve ça tout à fait normal, ainsi que Grace, d'ailleurs, alors qu'ils sont censés être tous les deux des gens intelligents. ok, ça a fait une grosse parenthèse, mais cette paresse scénaristique est une de celles qui m'ont le plus choquées) donc, je reprends, parce qu'on s'est un peu perdus : dans l'ambulance, Grace papote et à un moment elle dit en parlant de Marie Curie que le Docteur a rencontré, et séduite, bien entendu : "Did she kiss as good as me?" et le Maître la corrige parce que c'est de l'anglais bâtard : "As well as you." Regard bovin de Grace. J'avoue, là, ça m'a fait bien rire.

Deuxième truc : nous sommes toujours dans l'ambulance qui vient d'être coincée dans un embouteillage. "Qu'est-ce qu'on attend ? ", demande le Maître à Lee qui conduit. "Ben, c'est toujours bloqué", répond le gamin. "Ceci... est... une ambulance !" lui crie le Maître un peu énervé. Là aussi, ça m'a fait rire.

Enfin, toujours dans cette fameuse ambulance (il s'en passe décidément des choses dans une ambulance), cet autre dialogue : "Vous me tuez" dit Lee au Maître à propos d'une réponse qu'il lui a faite. "Vous voulez que je vous tue ?" demande alors le Maître qui semble avoir oublié dans l'affolement de sa transformation en serpent, puis en Bruce ce qu'est le second degré.

Bref, ces trois petits trucs m'ont "tuée" et du coup, j'arrive à apprécier ce Maître qui a l'air quand même pas mal à côté de ses pompes (funèbres, cela va de soi).

C'était le message inutile de 10 heures du matin quand on s'est endormie à 3 et réveillée à 7.


--------------------------------------------

Ledru Rollin a écrit:
Dans les classiques le Docteur n’éprouve au final très peu de sentiments pour ses compagnons.


Je pense que ce n'est pas exact. C'est juste que ce n'est pas montré de la même façon et surtout que ça ne devient pas central à l'histoire comme dans la nouvelle série. Il y a qu'à voir à quel point, One est ravagé quand Ian et Barbara le quittent (ou Steven à la fin de The Massacre of the StBarthelemy Eve) ou Three quand Jo s'en va, ou l'attachement de Six à Peri. Le Docteur des classiques montrait moins ses sentiments, c'est tout.
_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
Ledru Rollin


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2014
Messages: 301
Masculin

MessagePosté le: Sam 23 Juil - 22:04 (2016)    Sujet du message: Doctor Who, the Movie Répondre en citant

Presque tout a déjà été dit sur le téléfilm, je ne vais donc pas trop développer et juste donner mon avis.

Pour moi, déjà je ne dirais pas que cela est pire que la série classique, ou que c’est la pire chose de Doctor Who. Non. Parce que le gros défaut de ce téléfilm est bien sûr l’américanisation, ça fait daté années 90 et ce n’est pas une qualité. Mais certains classiques font aussi parfois daté et son plutôt mauvais car parfois faisaient trop dans le cliché série pour enfant. C’est juste un mal pour en soigner un autre.
Je ne vais donc pas par exemple jeter la pierre sur des détails tels que l’image de la radio dans l’hôpital, car même déjà avec le troisième Docteur, ça ne ressemblait pas à des cœurs ce qui était montré. Ce que je veux juste dire c’est qu’on ne va pas tirer sur l’ambulance et chercher tous les défauts du film, mais je vais seulement développer les différences par rapport aux classiques, ce qu’il y a de bon ou de pas bon.

Comme je le disais l’américanisation est le plus grand défaut. Je pense que Tenrolf a tout dit sur le sujet. Les personnages secondaires sont assez gras (le mec de la morgue, le professeur de l’institut). Les gangs ne dérangent pas trop encore, la course en moto déjà plus. Mais gros point faible, le Master bien sûr. C’est clair qu’ils en ont voulu faire une sorte de Terminator, et ça ne prend pas. Après, ce qui est dommage c’est que je trouve Eric Robert pas trop mauvais dans le rôle de l’ambulancier au début. Alors ensuite jouer un personnage qui est dans un corps en décomposition ce n’est certes pas facile, mais c’est sûr qu’il y a une erreur.
Le Tardis aussi gène un peu. Aux premiers abords on trouve ça cool. Limite, outre l’aspect prestigieux, les barres métalliques verticales feraient penser au futur Tardis de l’époque Russel T Davies. Mais, lorsqu’on en arrive à l’œil d’Harmony, et pour les scènes finales ce n’est plus un Tardis, mais un temple à la Indiana Jones. Sauf que là pour le coup, c’est plus Allan Quatermain dans les mines du roi Salomon! En fait, mis à part l’interprétation du Master, c’est surtout le dernier tiers du film qui craint…

Concernant les côtés réalisation, la qualité en termes d’image est quand même meilleure que las classiques : les ambiances, les décors (les choix c’est une seconde chose). Les moyens étaient là. La scène de régénération m’a plutôt plu aussi. J’ai trouvé cette transformation bien faite et pas too much comme le sont les actuelles.
Le générique aussi, est annonciateur de celui de la nouvelle série : juste un vortex avec une musique orchestrée. Au moins c’en est fini des nappes de synthé et des effets d’explosion à la fin qui faisaient quand même un peu trop gamin.
Il est aussi facile de penser à quelles ont été les idées amenées par l’équipe anglaise, et celles de l’équipe américaine. Malgré cela le scénario n’est pas tout à fait original, et reprend l’idée de base de The Deadly Assassin. Le Master n’a plus de corps et doit ouvrir l’œil d’Harmony.
D’ailleurs l’idée de son esprit en serpent, certes légèrement fantaisiste, m’a fait penser en fait au concept du Mara.

La présence de McCoy ne m’a pas aussi déplu. Je le trouve plus mûr et plus sérieux qu’avant. Et sa scène de mort est très touchante. Certains semblent critiquer le fait qu’il ne meurt pas en héro comme Tom Baker, ou mort de fatigue, ni sacrifié comme c’est souvent le cas maintenant. Mais je trouve justement que sa mort stupide donne une dimension tragique. Le Docteur prévient qu’il n’est pas humain, et arrive même à résister aux anesthésiques. Jusqu’au bout il se bat pour sa vie, et meurt en poussant un dernier cri d’agonie.

La romance du huitième Docteur a certes fait grincer des dents à l’époque. Dans les classiques le Docteur n’éprouve au final très peu de sentiments de nature romantique pour ses compagnons. Mais comme désormais la nouvelle série donne une place centrale aux sentiments du Docteur envers ses compagnes (ou l’inverse), il faut admettre que les choses ont changées. Encore une fois, ce téléfilm offre quand même une bonne transition entre les deux séries.
Le fait que le Docteur soit à moitié humain, par contre, ce n’est pour l’instant pas canon. Pour l’instant on peut toujours voir ce qu’il a dit comme une boutade. Et le fait que l’œil d’Harmony à besoin d’un humain pour être ouvert a très bien pu être fait du fait que le Docteur a toujours un compagnon humain. (D’ailleurs il me semble que c’est ce qui est dit dans un audio avec Evelyn.)
L’œil d’Harmony justement, c’est sûr qu’on ne comprend pas trop ce qu’il fait là. Et limite son rôle serait plus proche de l’esprit du Tardis (cf Boom Town) – d’ailleurs le Docteur dit bien que le Tardis a une âme, sujet peu développé dans les classiques et central dans la nouvelle série. Mais je suis au final content de savoir que l’idée à définitivement été canonisé par Journey to the Centre of the Tardis qui d’ailleurs par ses échos temporels (les ‘fantômes’) explique aussi comment le Master ici peut voir les apparences du Docteur.
Bref, à mon avis un épisode qui a ses défauts d’américanisation pour l’interprétation de certains personnages, mais qui reste quand même important pour la série, apportant de nombreux concepts qu’on l’on retrouvera dans la nouvelle série.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:30 (2018)    Sujet du message: Doctor Who, the Movie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who & Compagny Index du Forum -> Les Docteurs -> Huitième Docteur Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com